Publié le

Niaiserie Généralisée

BarbieMan

M’émerveiller devant un petit garçon venant d’acheter avec son papa un jouet construit en chine par un enfant du même age que lui: très peu pour moi. Je n’ai rien contre les petits bonhommes jouant à la dinette, mais tous les discours du monde revendiquant la tolérance et l’amour ne me feront pas changer d’avis: un petit garçon ce n’est pas une petite fille.

Bien qu’ayant des potentiels, des idéaux et plus importants que tout, des sentiments et des sensations en commun, il n’en reste pas moins que leurs conditions physiques et psychologiques sont différentes et se complètent. C’est d’ailleurs pour cela qu’il existe hétéro et homo sexualité. À force de vouloir confondre les différences et le semblable, il n’y aura bientôt plus qu’un seul genre schizophrénique pour tous, appauvri de toute complexité et sensibilité spécifique.

Si une analyse sérieuse devait être faite de ce petit garçon choisissant une poupée au supermarché, elle devrait prendre en compte une multitude de facteurs extérieurs à sa seule et innocente volonté. Les enfants sont taquins et curieux. Ils ont tôt fait de vouloir provoquer, bouleverser, expérimenter… Il serait donc plus judicieux de s’intéresser à ce qu’il en fait ensuite; la peigner et lui changer ses chaussures ou l’installer derrière batman sur sa moto. Un comportement donné s’examine dans le temps et l’espace. Et même compris ainsi, il ne constituera encore qu’un trait de caractère anecdotique d’une identité donnée, dont le spectre s’étend bien au delà d’un simple jouet.

Mais pour se limiter à l’instrumentalisation de ce pauvre petit garçon par la communauté LGBT sur les réseaux sociaux, il faut comprendre à qui profite en définitive cet amalgame douteux. Aujourd’hui, un avant-gardisme intellectuel auto-proclamé impose l’aplanissement total de nos diversités au nom d’une sacro-sainte tolérance dont nous devrions tous nous revendiquer. Il faut montrer patte blanche, et nous réconforter en permanence dans le seul moule véritablement profitable: celui de la consommation. Car ce qui importe en définitive, c’est que le petit garçon achète; petites voitures ET poupées barbie, de préférence.

Jérémy M.

Lire: Propaganda d’Edwards Bernays, et voir comment à l’aide d’une mise en scène médiatisé, cet expert en relation publique a ouvert le marché de la cigarette aux femmes au nom de l’égalitarisme et de la liberté.

Et puis pourquoi pas écouter:

Publicités

.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s